dimanche 23 mars 2008
... j'ai rencontré Mademoiselle Berry, ou plus exactement son album,
dans un grand magasin - où le disque était mis à disposition pour l'écoute, ce qui en soi n'est pas nécessairement bon signe, mais je suis aventureuse... - et je suis tombée sous le charme de cette petite voix, simple, susurrante, mais précise dans l'énonciation. Impulsive comme un diable, j'ai acheté le disque après avoir simplement écouté le premier titre et je me suis délectée à son contact pendant le week-end. J'étais un peu loin de chez moi et il m'a maintenue dans une douce torpeur, peut-être artificielle - je le reconnais maintenant que je suis à nouveau dans la ouate de mon univers. Berry possède un certain don, c'est indéniable. Petit talent, mais véritable et ardent. Et qui suis-je faire des mesures ?
Pourtant, ce disque n'a rien d'un chef-d'oeuvre : la voix de la jolie demoiselle est agréable mais ne possède aucune originalité criante, ni dans les nuances ni dans la couleur - une Françoise Hardy, par exemple, manifeste certainement plus de classe et de raffinement -, les paroles sont parfaites pour l'usage auxquelles elles ont destinées (il y a du Benjamin Biolay en filigrane, je le jurerais) et n'ont pas la prétention, je le crois et je l'espère tout à la fois, d'être autre chose qu'une charmante berceuse pour adultes. De la composition musicale, je retiendrai l'usage des cordes - auxquelles je suis nécessairement plus sensible -, les échos, le clapotis de l'eau et la plainte d'un harmonica. De belles harmonies entre lesquelles se donnent à lire les pages d'un journal presque intime. Au jeu des comparaisons, toujours dangereuses et fausses, certains y reconnaîtront le vague à l'âme non désespéré d'une Keren Ann et la séduction flamboyante mais discrète d'une Carla Bruni. Berry est un oxymore, une étoile qui s'éteint mais continue à briller. C'est peut-être cette impression que j'ai d'elle qui me touche...
Mélancoliquement gaie ou gaiement mélancolique, on se laisse porter par cette voix tendre et délicate, qui a la grâce et la faiblesse des éphémères.
Et, à l'entendre, elle ferait mentir celui ou celle qui énoncerait les premiers mots du deuxième titre de l'album :
"N'ayez pas peur du bonheur / Il n'existe pas / Ni ici, ni ailleurs..."
En ce qui me concerne, j'ai très peur, car le bonheur tient au creux de ma main, que je n'ose fermer, de peur d'en hérisser le duvet.

Les roses du Pays d'Hiver

Retrouvez une nouvelle floraison des Roses de décembre ici-même.

Qui suis-je ?

Ma photo
Holly Golightly
Never Never Never Land, au plus près du Paradis, with Cary Grant, France
Dilettante. Pirate à seize heures, bien que n'ayant pas le pied marin. En devenir de qui j'ose être. Docteur en philosophie de la Sorbonne. Amie de James Matthew Barrie et de Cary Grant. Traducteur littéraire. Parfois dramaturge et biographe. Créature qui écrit sans cesse. Je suis ce que j'écris. Je ne serai jamais moins que ce que mes rêves osent dire.
Afficher mon profil complet

Almanach barrien

Rendez-vous sur cette page.

En librairie

En librairie
Où Peter Pan rencontre son double féminin...

Réédition !! (nov. 2013)

Réédition !! (nov. 2013)
Inédit en français

Actes Sud : 10 octobre 2012

Une histoire inédite de J. M. Barrie

En librairie le 2 juin 2010

Actes Sud, juin 2010.

En librairie...

Terre de Brume, septembre 2010.

Tumblr

Tumblr
Vide-Grenier

Cioran tous les jours

Cioran tous les jours
À haute voix, sur Tumblr

Une de mes nouvelles dans ce recueil

Oeuvre de Céline Lavail

Voyages

Related Posts with Thumbnails



Écosse Kirriemuir Angleterre Londres Haworth Allemagne Venise New York

Copenhague

Les vidéos de mes voyages et explorations sont ici et là...

Liens personnels



Le site de référence de J.M. Barrie par Andrew Birkin (anglais)

Mon site consacré à J.M. Barrie (français ; en évolution permanente)



Site de la Société des amis de J.M.Barrie (français ; en construction)


Forum Barrie (en français)



Mon site consacré à Cary Grant (français ; en contruction)



Ma page sur Lewis Carroll (français)
"Une fée est cachée en tout ce que tu vois." (Victor Hugo)

J'apprends le mandarin

Blog Archive

Entrez votre adresse de courriel :

Lettre d'information barrienne

Archives

Gadget

Ce contenu n'est pas encore disponible en cas de connexion chiffrée.

Rechercher

Chargement...