mardi 8 mai 2007

Ce billet est le second acte du précédent et de sa suite sur mon site internet.
Il y a deux heures à peine, par la magie d'internet et des beaux esprit (des spectres ?) qui l'animent, Andrew Birkin me transmettait la transcription anglaise (peu de gens peuvent déchiffrer l'écriture de Jamie, moi la première, et Andrew a des yeux de lynx) d'une lettre de James Matthew Barrie à la mère de Rupert Buxton. J'étais en larmes en la lisant. Mille mercis, très cher Andrew, noble âme.
Ce que vous lirez est resté 86 ans dans un tiroir... Le temps est aboli, un instant précieux, au bord d'une tombe.
Traduction maladroite et rapide de votre servante, Holly aka C.-A. F., ci-dessous ou sur mon site.

Adelphi Terrace House,

Le 31 mai 1921,

Chère Lady Buxton,

Je viens de lire à l'instant votre très aimable lettre, mais je n'ai pas cessé de beaucoup penser à vous depuis le 19 et je me sentais douloureusement triste pour vous. Je suis heureux que vous ayez une fille. Michael était un fils et une fille pour moi ; tout ce que j'ai fait ces dix dernières années n'était rien d'autre qu'être à la fois un père et une mère pour lui. Je m'occupais beaucoup trop de lui, mais les circonstances de nos deux vies, peut-être, peuvent justifier cela. J'aimerais être, de temps en temps, autorisé à rencontrer la soeur de Rupert, formulant l'espoir qu'elle pourrait à la longue me considérer comme un ami. Je pense que je connaissais Rupert plus intimement que vous ne connaissiez Michael. Il n'y aucune matière précise sur laquelle je puisse prétendre être très informé, mais j'en sais plus au sujet des garçons que n'importe qui d'autre. L'une de mes grandes ambitions pour Michael était qu'il nouât une amitié profonde avec un garçon digne de lui. Cela mit du temps à advenir. En effet, bien qu'il éprouvât un attachement chaleureux pour quelques rares garçons à Eton, lien prolongé à Oxford ou ailleurs, Rupert était le seul grand ami de sa vie. Il m'a souvent parlé de cela, parfois pendant des heures, jusque tard dans la nuit, recommençant la discussion même après avoir été au lit. La dernière lettre que j'ai reçue de lui, le jour où ils sont morts, était largement consacrée à votre fils. Rupert me traitait très différemment des divers amis de mes garçons. Ils étaient toujours polis mais me tenaient à l'écart - comme une personne d'une autre génération -, tandis que lui considérait comme allant de soi que l'ami de Michael devait être aussi le mien. Michael me connaissait, ma personne et mes manières, mieux que quiconque, et était amusé plus qu'il n'est possible de le dire de la façon dont Rupert me prenait en main. Je n'oublierai jamais la jubilation avec laquelle il me raconta qu'un jour Rupert était sur le point de m'inviter à un dîner en tête à tête et combien j'espérais que Rupert me ferait cette proposition, puis comment il la fit et vint à moi. J'étais très fier qu'il me considérât ainsi et Michael savait que j'appréciais cette attitude. J'ose dire que ces deux-là ont ri sous cape à cette occasion, car ils pouvaient être tous les deux très joyeux, même si aucun d'eux ne faisait face à la vie avec légèreté. Ils étaient ou follement joyeux ou très sérieux quand ils marchaient, ensemble, vers Sandford.

Ma profonde compassion à la mère de Rupert et à son entourage.

Très sincèrement,

J.M. Barrie.
**********
Catégorie :

  • Rupert Buxton est le jeune homme qui s'était noyé avec Michael Llewelyn Davies. On a longtemps pensé qu'il avait pu s'agir d'un double suicide, mais Andrew Birkin, suite à la découverte de nouveaux éléments, pense que ce ne fut pas le cas (et telle a toujours été
    d'ailleurs son opinion : "I never believed it was suicide, but now I am utterly convinced that it was indeed a tragic accident in which Rupert tried to save Michael and was dragged down with
    him." Message sur le forum ANON, le 4 mai 2007). Rupert aurait essayé de sauver Michael de la noyade et aurait sombré avec lui.
    Cette page (en construction) a été conçue à partir du travail, en anglais, d'Andrew Birkin, avec son aimable permission et ses encouragements amicaux. Ces informations inédites lui ont été transmises par Nicholas McAulay et la photographie, ainsi que la copie de deux lettres de Rupert à sa mère, par Sir Jocelyn Buxton. Nicholas McAulay a aussi fourni une notice nécrologique magnifique écrite (sans nom d'auteur) dans le journal de Harrow. Celle-ci offre une vision très différente de celle de Robert Boothby (Cf. le ivre d'Andrew Birkin, Lost Boys, pp. 282-285, passim) qui évoquait une influence morbide de Rupert sur Michael.



    [Michael Llewelyn Davies, Robert (qui deviendra Lord, par la suite) Boothby et la famille Oliver - août 1918 - photographie qui appartient au site d'Andrew Birkin.]
    SUITE DE L'ARTICLE ICI, sur mon site J.M. Barrie.

    Les roses du Pays d'Hiver

    Retrouvez une nouvelle floraison des Roses de décembre ici-même.

    Rechercher sur mon JIACO

    Qui suis-je ?

    Ma photo
    Holly Golightly
    Never Never Never Land, au plus près du Paradis, with Cary Grant, France
    Dilettante. Pirate à seize heures, bien que n'ayant pas le pied marin. En devenir de qui j'ose être. Docteur en philosophie de la Sorbonne. Amie de James Matthew Barrie et de Cary Grant. Traducteur littéraire. Parfois dramaturge et biographe. Créature qui écrit sans cesse. Je suis ce que j'écris. Je ne serai jamais moins que ce que mes rêves osent dire.
    Afficher mon profil complet

    Almanach barrien

    Rendez-vous sur cette page.

    En librairie

    En librairie
    Où Peter Pan rencontre son double féminin...

    Réédition !! (nov. 2013)

    Réédition !! (nov. 2013)
    Inédit en français

    Actes Sud : 10 octobre 2012

    Une histoire inédite de J. M. Barrie

    En librairie le 2 juin 2010

    Actes Sud, juin 2010.

    En librairie...

    Terre de Brume, septembre 2010.

    Tumblr

    Tumblr
    Vide-Grenier

    Cioran tous les jours

    Cioran tous les jours
    À haute voix, sur Tumblr

    Une de mes nouvelles dans ce recueil

    Oeuvre de Céline Lavail

    Voyages

    Related Posts with Thumbnails



    Écosse Kirriemuir Angleterre Londres Haworth Allemagne Venise New York

    Copenhague Prague

    Les vidéos de mes voyages sont consultables ici et là...

    Liens personnels

    "Une fée est cachée en tout ce que tu vois." (Victor Hugo)

    J'apprends le mandarin

    Blog Archive

    Entrez votre adresse de courriel :

    Lettre d'information barrienne

    Archives