vendredi 2 mars 2007
Le double de Barrie et comment il entra pour la première fois dans ma vie...
"Le célèbre Tommy apparut pour la première fois aux yeux du monde dans un escalier crasseux de Londres. Il était habillé de vêtements informes, qui celaient la nature de son sexe. Il n’en possédait pas d’autres. Il avait cinq ans. Bien que nous soyons présentement en train de le regarder, nous devons l’observer à la dérobée, de peur qu’il ne s’assoie précipitamment et ne dissimule à notre vue cet accoutrement. Ce visage, qui ne disait rien de lui, préfigurait celui des messieurs attachés à leur club des derniers jours de sa vie aussi bien que celui qui intriguerait les dames pendant qu’il leur ferait la cour. C’était déjà le sien, excepté quand il souriait à l’une de ses jolies pensées ou qu’il s’arrêtait devant une porte entrouverte pour renifler quelque met en train de mijoter. Pendant ses allées et venues dans l’escalier, il s’arrêtait souvent pour inhaler les fragrances vagabondes, mais il ne demandait jamais rien. Sa mère l’avait prévenu contre cette tentation et il était tellement imprégné de l’esprit de cette injonction qu’il déclinait les offres avant même qu’elles n’eussent été faites. Ainsi, quand il passait devant une pièce d’où exhalait une odeur de poisson frit, il pouvait s’écrier dans cette direction : « Je ne veux pas de votre poisson ! » Ou bien : « Ma mère dit que je n’en veux pas le plus petit morceau. » D’un ton plus rêveur, il pouvait affirmer : « Je n’ai pas faim. » La nostalgie pouvait s’attacher à ses paroles et il affirmait alors : « Ma mère dit que je n’ai pas faim. » Sa mère entendit parler de cette attitude et s’emporta. Elle lui cria qu’il avait éventé devant les voisins le secret qu’elle essayait, avec tant d’inquiétude, de dissimuler. Mais ce que Tommy avait révélé, il ne pouvait se le figurer. Quand il la questionna, très naturellement, elle le prit soudain avec passion et le serra contre sa mince poitrine. Souvent, après cet épisode, elle le regardait longuement et tristement, puis elle se tordait les mains. "
Comme il est étrange à quel point Tommy me rappelle certaine petite fille que j'ai bien connue autrefois...
Dans l'espoir que je puisse, un jour, faire publier ces deux romans magnifiques... J'y travaille, à ceci et d'autres choses, malgré la fièvre et une immense fatigue.
(Trad. un peu exaltée de Holly aka C.-A. F.)
 ************ Catégorie :

Les roses du Pays d'Hiver

Retrouvez une nouvelle floraison des Roses de décembre ici-même.

Qui suis-je ?

Ma photo
Holly Golightly
Never Never Never Land, au plus près du Paradis, with Cary Grant, France
Dilettante. Pirate à seize heures, bien que n'ayant pas le pied marin. En devenir de qui j'ose être. Docteur en philosophie de la Sorbonne. Amie de James Matthew Barrie et de Cary Grant. Traducteur littéraire. Parfois dramaturge et biographe. Créature qui écrit sans cesse. Je suis ce que j'écris. Je ne serai jamais moins que ce que mes rêves osent dire.
Afficher mon profil complet

Almanach barrien

Rendez-vous sur cette page.

En librairie

En librairie
Où Peter Pan rencontre son double féminin...

Réédition !! (nov. 2013)

Réédition !! (nov. 2013)
Inédit en français

Actes Sud : 10 octobre 2012

Une histoire inédite de J. M. Barrie

En librairie le 2 juin 2010

Actes Sud, juin 2010.

En librairie...

Terre de Brume, septembre 2010.

Tumblr

Tumblr
Vide-Grenier

Cioran tous les jours

Cioran tous les jours
À haute voix, sur Tumblr

Une de mes nouvelles dans ce recueil

Oeuvre de Céline Lavail

Voyages

Related Posts with Thumbnails



Écosse Kirriemuir Angleterre Londres Haworth Allemagne Venise New York

Copenhague

Les vidéos de mes voyages et explorations sont ici et là...

Liens personnels



Le site de référence de J.M. Barrie par Andrew Birkin (anglais)

Mon site consacré à J.M. Barrie (français ; en évolution permanente)



Site de la Société des amis de J.M.Barrie (français ; en construction)


Forum Barrie (en français)



Mon site consacré à Cary Grant (français ; en contruction)



Ma page sur Lewis Carroll (français)
"Une fée est cachée en tout ce que tu vois." (Victor Hugo)

J'apprends le mandarin

Blog Archive

Entrez votre adresse de courriel :

Lettre d'information barrienne

Archives

Gadget

Ce contenu n'est pas encore disponible en cas de connexion chiffrée.