mercredi 22 novembre 2006
Je reprends un message que j'ai écrit sur mon forum Barrie, pour les visiteurs de ce JIACO, qui n'ont pas le don d'ubiquité.
Il s'agit d'un conte d'hiver, comme le dit l'auteur, en exergue. Conte d'hiver mais aussi conte de Noël, dans la tradition dickensienne. L’autre hommage rendu est contenu dans le titre, puisqu’il s’agit de Shakespeare. L’histoire est rédigée avec des références nombreuses aux Scots, au langage scots en particulier. Le texte fourmille donc de mots scots, de mots rares et appartenant au vieil anglais - heureusement que je suis ultra-équipée en dictionnaires de toutes sortes. Certes, ce n'est pas du Chaucer. Dieu merci !
Barrie use de l’histoire écossaise en guise d’arrière-plan et ce conte rappellera par certains aspects The merry men de Stevenson. Une histoire à lire au coin du feu, lorsqu'il crépite, et que le vent hante la nuit. Une histoire de fantômes, les Etrangers, tels qu'ils sont nommés dans le texte. C'était un cadeau de Barrie aux lecteurs du Times. L'histoire ne fut publiée en volume que secondairement, suite à la demande des lecteurs - ce n'était pas prévu. Elle a vu le jour dans le journal la veille de Noël. C'est la dernière histoire écrite par Barrie, à l'âge de 72 ans. Il lui restait 5 ans à vivre. On sent le souffle raccourci de l'auteur. Ce n'est pas un texte parfait, mais il n'en est que plus beau. Et la fin est poignante. Barrie est si étrange... enfin, je suppose qu'il semble ainsi à ceux qui ne lui sont pas familiers.
Denis Mackail écrivit ceci au sujet de cette longue nouvelle :
"S’il l’avait voulu, Adieu miss Julie Logan aurait pu devenir aisément un autre roman. Mais il ne le permit pas. L’histoire avait sa propre temporalité. Probablement, cette histoire apparaît quelquefois comme la plus lente jamais écrite. Mais il la contemplait et savait qu’il ne s’agissait là que d’une illusion. Car, désormais, il connaissait tous les secrets de la concision, sans omettre le secret qui permet de s’attarder et de garder le cap, de demeurer dans la droite ligne. Et, de plus, il ne voulait pas écrire un roman. Il souhaitait raconter cette histoire exactement de la manière dont elle appelait elle-même son récit. Peut-être existait-il une autre façon. Peut-être pas. Il ne pensait pas aux éditeurs, ni aux correcteurs ni même aux lecteurs, demeurant à l’écart de tout ce qui ressemblait peu ou prou à une attitude ordinairement professionnelle. Il était autant soumis à la magie que son héros. Il était le héros, alors il écrivit et écrivit… Le temps et l’espace n’existaient plus quand il glissa hors de sa soixantaine, puis dans les gorges qui surplombaient Kirriemuir. (…) Il a offert cette histoire, sans exiger le moindre paiement, au Times, un périodique qui ne publie jamais de fiction. Mais c’était le premier quotidien en langue anglaise. (…) Il fut prévu, dans un secret plus grand que jamais, qu’Adieu Miss Julie Logan serait publié sous la forme d’un supplément avec l’édition de la veille de Noël : un cadeau pour les lecteurs du Times. Une surprise - bien qu’il y eut des annonces au fur et à mesure qu’approchait la date – afin de retenir l’attention d’une large audience. Peut-être la meilleure vitrine au monde pour une histoire. Mais une boutique ouverte une seule fois. Il y avait donc peu de raisons de payer l’auteur, en aurait-il manifesté la demande. (…) une grande quantité de gens qui, soit n’avaient pas pris le supplément, soit avaient été préoccupés par d’autres choses liées à la période de Noël, ont écrit afin de demander une copie de ce texte. Tant et si bien qu’il fut décidé de le retirer sous une forme particulière au prix d’un shilling. Le public alors rechigna à ce prix ou pensa qu’un livret de huit pages, mesurant dix-huit pouces et demi sur douze, serait plutôt un désagrément dans la maison et, en tout cas, semblait presque faire autant marche arrière qu’il avait été empressé quelques jours auparavant. Pendant ce temps, Messieurs Hodder et Stoughton furent autorisés à publier ce texte (…) ce ne fut rien de moins qu’un best-seller. (…) Barrie avait désormais écrit son dernier livre."
Premières lignes :
"Nous sommes le premier jour de décembre de l’année 18.. ; je pense qu’il est prudent de ne point s’approcher plus avant de la date, au cas où ce que je suis présentement en train d’écrire ne prenne une fâcheuse tournure ou bien ne tombe entre des mains curieuses. Je n’ai pas besoin d’être autant sur mes gardes en ce qui concerne le climat actuel. C’est une nuit de bourrasques foudroyantes ; elles ont projeté ma fenêtre à mes pieds, il y a une demi-heure. Elles sont venues jouer de la cornemuse de pièce en pièce, comme ces officiers de loi qui chercheraient à appréhender et à délivrer la justice à quelque ministre scots, qui serait assis ici, prêt à mettre en accusation toutes les apparitions et les sorcières. Il y a eu une nouvelle bourrasque tout à l’heure. Ce soir, les vents répondent à mon invitation. Je crois que je peux les prendre au piège et les rassembler en un seul endroit. Ils traversent le presbytère. Je cours de porte en porte. Je les ouvre et les ferme, tour à tour. Je suis en passe de devenir le chef d’orchestre d’un ensemble plutôt sinistre. J’essaie de m’atteler à la première page du Journal que les Anglais m’ont mis en demeure d’écrire. Il n’y a aucune raison de l'entamer ce soir, car pour le moment pas un flocon n’est tombé sur mon premier hiver dans la gorge. Ce Journal est supposé être un récit de ma vie ici, pendant les semaines (on m’a dit qu’il pouvait être question de mois) où la gorge est « fermée à double tour ». Cela signifie que la personne prise au piège ici peut très bien ne plus avoir moyen de sortir, dès que la gorge est enroulée dans la neige… Si l’on se fie aux histoires qui rampent ici, à la manière dont les brumes bercent nos collines, à l’endroit même où les Anglais ont dû les ramasser, il est dit que des formes appelées « Étrangers » s’y promènent. Vous cheminez parmi l’étrange, sans le savoir. Vous marchez et parlez avec ces spectres, pensant qu’ils appartiennent à votre monde, jusqu’à ce que, peut-être, ils vous jouent de sales tours… "

Les roses du Pays d'Hiver

Retrouvez une nouvelle floraison des Roses de décembre ici-même.

Qui suis-je ?

Ma photo
Holly Golightly
Never Never Never Land, au plus près du Paradis, with Cary Grant, France
Dilettante. Pirate à seize heures, bien que n'ayant pas le pied marin. En devenir de qui j'ose être. Docteur en philosophie de la Sorbonne. Amie de James Matthew Barrie et de Cary Grant. Traducteur littéraire. Parfois dramaturge et biographe. Créature qui écrit sans cesse. Je suis ce que j'écris. Je ne serai jamais moins que ce que mes rêves osent dire.
Afficher mon profil complet

Almanach barrien

Rendez-vous sur cette page.

En librairie

En librairie
Où Peter Pan rencontre son double féminin...

Réédition !! (nov. 2013)

Réédition !! (nov. 2013)
Inédit en français

Actes Sud : 10 octobre 2012

Une histoire inédite de J. M. Barrie

En librairie le 2 juin 2010

Actes Sud, juin 2010.

En librairie...

Terre de Brume, septembre 2010.

Tumblr

Tumblr
Vide-Grenier

Cioran tous les jours

Cioran tous les jours
À haute voix, sur Tumblr

Une de mes nouvelles dans ce recueil

Oeuvre de Céline Lavail

Voyages

Related Posts with Thumbnails



Écosse Kirriemuir Angleterre Londres Haworth Allemagne Venise New York

Copenhague

Les vidéos de mes voyages et explorations sont ici et là...

Liens personnels



Le site de référence de J.M. Barrie par Andrew Birkin (anglais)

Mon site consacré à J.M. Barrie (français ; en évolution permanente)



Site de la Société des amis de J.M.Barrie (français ; en construction)


Forum Barrie (en français)



Mon site consacré à Cary Grant (français ; en contruction)



Ma page sur Lewis Carroll (français)
"Une fée est cachée en tout ce que tu vois." (Victor Hugo)

J'apprends le mandarin

Blog Archive

Entrez votre adresse de courriel :

Lettre d'information barrienne

Archives

Gadget

Ce contenu n'est pas encore disponible en cas de connexion chiffrée.

Rechercher

Chargement...