vendredi 3 novembre 2006
Le bonheur n'est qu'une subtilité de langage.
*
Croire - même si c'est faux, et ça l'est toujours - que l'on est le seul à pouvoir écrire ce que l'on écrit est la seule excuse valable, oui la seule excuse valable.
*
Nous brinqueballons tous notre passé, un casier judiciaire qui se lit sur le visage.
*
Mon enfance est comparable à une grossesse extra-utérine.
*
La reconnaissance expose à un sacré désagrément dont se gardent bien de prévenir les philanthropes de tout acabit : on ne cesse jamais de payer la dette, un prêt impossible à rembourser ; ce sentiment tourne vite à l’obligation et, pour en finir, à la haine du créditeur. Dès lors, sans sauter aucune de ces étapes, on s’invente des raisons pour déprécier le prêt, on s’attarde sur la valeur des intérêts que l’on a allongés, on se désoblige purement et simplement. Et un beau jour l’ardoise est effacée. C’est ainsi que naît la haine pour la race des bienfaiteurs.
*
Quand je serai grande, je serai méchante.
*
A mesure que nous vieillissons, aussi laids, incommodes ou détestables qu'aient pu nous paraître, dès les premières heures de leur rencontre, les êtres et les choses, l'inévitable familiarité de leur contact prolongé nous les rend, bien des années plus tard, presque beaux à aimer ou à pleurer. L'indifférence, le mépris ou la haine que l'on porte à ces compagnons de route, que l'on n'a pas choisis, tissent des attachements plus fidèles que ceux dus au pauvre hasard de nos affinités provisoires. Presque. Toute l'ambiguïté de notre sentiment tient dans cette restriction ou ce manque de précision de l'adverbe. Nous ne sommes, en effet, pas dupes des raisons de notre imperceptible et lente conversion au fil des ans : la vieillesse de ces choses et de ces êtres participe de la nôtre, et leur fatigue est le reflet de notre propre échec. * Extraits de la bande originale de ma journée : Rod Stewart (toujours sexy et j'ai un faible pour les écossais) - The First Cut is the Deepest (Cat Stevens) Rod Rod Stewart - It's a heartache (Bonnie Tyler) Rod2
Catégorie :

Les roses du Pays d'Hiver

Retrouvez une nouvelle floraison des Roses de décembre ici-même.

Qui suis-je ?

Ma photo
Holly Golightly
Never Never Never Land, au plus près du Paradis, with Cary Grant, France
Dilettante. Pirate à seize heures, bien que n'ayant pas le pied marin. En devenir de qui j'ose être. Docteur en philosophie de la Sorbonne. Amie de James Matthew Barrie et de Cary Grant. Traducteur littéraire. Parfois dramaturge et biographe. Créature qui écrit sans cesse. Je suis ce que j'écris. Je ne serai jamais moins que ce que mes rêves osent dire.
Afficher mon profil complet

Almanach barrien

Rendez-vous sur cette page.

En librairie

En librairie
Où Peter Pan rencontre son double féminin...

Réédition !! (nov. 2013)

Réédition !! (nov. 2013)
Inédit en français

Actes Sud : 10 octobre 2012

Une histoire inédite de J. M. Barrie

En librairie le 2 juin 2010

Actes Sud, juin 2010.

En librairie...

Terre de Brume, septembre 2010.

Tumblr

Tumblr
Vide-Grenier

Cioran tous les jours

Cioran tous les jours
À haute voix, sur Tumblr

Une de mes nouvelles dans ce recueil

Oeuvre de Céline Lavail

Voyages

Related Posts with Thumbnails



Écosse Kirriemuir Angleterre Londres Haworth Allemagne Venise New York

Copenhague

Les vidéos de mes voyages et explorations sont ici et là...

Liens personnels



Le site de référence de J.M. Barrie par Andrew Birkin (anglais)

Mon site consacré à J.M. Barrie (français ; en évolution permanente)



Site de la Société des amis de J.M.Barrie (français ; en construction)


Forum Barrie (en français)



Mon site consacré à Cary Grant (français ; en contruction)



Ma page sur Lewis Carroll (français)
"Une fée est cachée en tout ce que tu vois." (Victor Hugo)

J'apprends le mandarin

Blog Archive

Entrez votre adresse de courriel :

Lettre d'information barrienne

Archives

Gadget

Ce contenu n'est pas encore disponible en cas de connexion chiffrée.

Rechercher

Chargement...