mercredi 24 mai 2006
J'aime infiniment traduire parce que je m'instruis constamment, parce que cela nourrit ma passion dévorante pour l'écriture et la lecture, parce que je me sens l'âme d'une exploratrice. En donnant une version française au roman de Barrie qui va sortir en septembre, j'étais tombée sur cette phrase :
J’étais le seul survivant de l’infortunée Anna Pink. Si épuisé étais-je qu’ils durent me porter jusqu’à leur cabane, et grande fut ma gratitude quand j’ouvris les yeux dans cet édifice romantique, au lieu de me retrouver dans la cabine de Davy Jones.

Je me suis demandée qui était ce Davy Jones. Mes recherches m'entraînèrent dans des contrées lointaines. Pour résumer, je rédigeai cette note : Expression qui signifie la mort. Jones est peut-être une corruption du nom Jonas, le prophète jeté dans la mer, qui passa trois jours et trois nuits dans le ventre d’une baleine. La première occurrence de cette expression se trouverait dans le livre de Tobias Smollett [je ne crois pas vous avoir déjà parlé ici même de Roderick Random], Adventures of Peregrine Pickle (en 1751) : « Ce même Davy Jones, selon la mythologie propre aux marins, est le démon qui préside aux esprits malins des profondeurs, et qui prend diverses formes, perché sur le gréement les soirs où la tempête fait rage, responsable des naufrages et des autres dommages auxquels sont exposés les navigateurs (…) » Ainsi cette « cabine » désignerait le fond de la mer, les profondeurs de l’océan. Personne ne sait si ce Davy Jones fut une personne réelle. Certaines légendes disent qu’il s’agissait d’un pirate redoutable, qui aimait faire marcher ses victimes sur la planche (à l’instar de Crochet !), avant qu’ils ne tombent dans les abîmes de l’océan… Le Brewer’s dictionary of phrase and fable offre une autre perspective, de surcroît : Davy serait un abâtardissement de Duffy, un terme indien pour fantôme.

Les roses du Pays d'Hiver

Retrouvez une nouvelle floraison des Roses de décembre ici-même.

Qui suis-je ?

Ma photo
Holly Golightly
Never Never Never Land, au plus près du Paradis, with Cary Grant, France
Dilettante. Pirate à seize heures, bien que n'ayant pas le pied marin. En devenir de qui j'ose être. Docteur en philosophie de la Sorbonne. Amie de James Matthew Barrie et de Cary Grant. Traducteur littéraire. Parfois dramaturge et biographe. Créature qui écrit sans cesse. Je suis ce que j'écris. Je ne serai jamais moins que ce que mes rêves osent dire.
Afficher mon profil complet

Almanach barrien

Rendez-vous sur cette page.

En librairie

En librairie
Où Peter Pan rencontre son double féminin...

Réédition !! (nov. 2013)

Réédition !! (nov. 2013)
Inédit en français

Actes Sud : 10 octobre 2012

Une histoire inédite de J. M. Barrie

En librairie le 2 juin 2010

Actes Sud, juin 2010.

En librairie...

Terre de Brume, septembre 2010.

Tumblr

Tumblr
Vide-Grenier

Cioran tous les jours

Cioran tous les jours
À haute voix, sur Tumblr

Une de mes nouvelles dans ce recueil

Oeuvre de Céline Lavail

Voyages

Related Posts with Thumbnails



Écosse Kirriemuir Angleterre Londres Haworth Allemagne Venise New York

Copenhague

Les vidéos de mes voyages et explorations sont ici et là...

Liens personnels



Le site de référence de J.M. Barrie par Andrew Birkin (anglais)

Mon site consacré à J.M. Barrie (français ; en évolution permanente)



Site de la Société des amis de J.M.Barrie (français ; en construction)


Forum Barrie (en français)



Mon site consacré à Cary Grant (français ; en contruction)



Ma page sur Lewis Carroll (français)
"Une fée est cachée en tout ce que tu vois." (Victor Hugo)

J'apprends le mandarin

Blog Archive

Entrez votre adresse de courriel :

Lettre d'information barrienne

Archives

Gadget

Ce contenu n'est pas encore disponible en cas de connexion chiffrée.

Rechercher

Chargement...